Partagez|




Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight?

losing a battle... still fighting for the war
Dezbaa

Expié de talent
Nombre de messages :
419
Date d'inscription :
03/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight? Empty
Mar 2 Oct - 14:42





© pūnisher


Tom O'Leth
— « Sourire aux exquises abysses. » —
Thème
On dit qu'à trop côtoyer les gens, on devient comme eux. On attrape leurs manies, leurs expressions, parfois même des traits de caractère. Aussi étrange que cela puisse paraître, il en va de même avec les éléments. A trop vivre avec l'océan, Tom a fini par lui ressembler. Impérieux et impétueux, sans concession, plein d'impulsion ; une force de la nature toujours en mouvement, une animalité des sens, un souffle rythmé. Sac, ressac. Il arrive que des tempêtes de colère soulèvent les flots ; et les eaux se dressent, s'abattent, arrachent, frappent, tourmentent et engloutissent, sous l'exhortation des nuages noirs qui encombrent leur ciel. Puis, tout se dissipe, tout passe, et le roulis perpétuel des chuchotements marins entonne à nouveau son chant, berceuse tendre ou sensuelle, qui caresse doucement les grains dorés du bout des doigts ou des lèvres. Aux yeux de sa sœur, Tom incarne une douceur qu'elle n'a que trop peu connue, et son sourire éveille souvent ce sentiment dans le cœur d'autrui. Un sourire franc, toujours ponctué de cette malice qui fait oublier ses défauts - comme le soleil qui étincelle sur l'onde et masque ses tréfonds. L'amusement navigue dans ses iris noirs ; on pourrait croire qu'il est un peu naïf, un peu sot. Pourtant, Tom est une personne à la réflexion aiguisée. Sous ses airs revêches, il pense et façonne chaque acte prémédité avec minutie. Cerveau tourbillonnant, goût pour la précision et la chose bien faite. Esprit libre, il reste néanmoins dévoué à ceux qui lui sont chers et aux causes qu'il estime ; pour cela, une honnêteté naturelle. Pour le reste, l'océan est un puits dans lequel les mystères jouent avec l'ignorance et le silence.

Cette fiche est
en cours

« Do you fear death? Do you fear that dark abyss? All your deeds laid bare. All your sins punished. I can offer you an escape. » (Pirates of the Caribbean, Davy Jones)


histoire
La souffrance, c'est un risque qu'on prend quand on choisit d'être heureux. La phrase l'avait marqué. Il s'était d'abord heurté à son apparente contradiction. Puis son sens l'avait envahi. Bonheur éphémère ; souffrance délétère. Celui qui se détourne du bonheur ne se confronte pas à la peine de le voir s'envoler. Il est des choses incontrôlables, comme les papillons de joie qui battent des ailes sous l'assaut d'une bourrasque de tristesse. L'unique choix qu'il nous est donné de faire, c'est celui de s'en remettre ou non. Chacun a une capacité de résilience. On peut décider de l'utiliser ou préférer se laisser aller. La douleur doit être prise en compte, considérée, observée, acceptée. Toujours. Ensuite, l'heure de prendre une décision sonne et résonne dans les crevasses des blessures. Panser ses plaies ou penser sa peine. Inlassablement, en dépit de l'abattement Tom soigna ses cicatrices. Toutes celles qui brillaient dans le noir, toutes celles qu'il put voir. Mais surtout, surtout, il retint que les risques ploient immanquablement devant la puissance de la jouissance. Tout tenter. Parfois, échouer. Souvent, réussir. Au moins, s'en donner les moyens.

« Ce sera mieux sans lui. » Maeglin le dévisageait. Il n'y avait ni trace de jugement ni empreinte de réprimande dans son regard bleu. Tom était agité. Il avait engagé un combat contre ses démons. « Le prix sera élevé. » - « Ce n'est pas un problème. Je comprends le risque. » Il fit le tour de la table sur laquelle reposait nonchalamment les bottes du tueur, assis dans une chaise bancale. Le jeune homme lui lança une bourse dont le tintement ravit ses oreilles. « Je veux pouvoir le regarder dans les yeux. » Mae hocha la tête, le regard fixé sur les pièces d'or. « Ce sera le cas. Vous repartez quand ? » - « Dans deux jours. Et elle ne doit pas savoir. Sous aucun prétexte. » L'assassin se redressa et observa le pirate. Dans ses iris sombres, une lueur menaçante veillait. « T'es dur en affaires, toi. Mais tes histoires, ça me regarde pas, et ta sœur, je m'en fous. Enfin, y'a des choses qui se refusent pas, si tu vois c'que j'veux dire, mais ça... » Le regard que lui lança son client le dissuada de poursuivre son trait d'humour. Il y avait des jours, comme ça, durant lesquels Tom ne rigolait pas. Mae préférait les autres jours.

Il éclata de rire. Quel était le plus drôle ? L'expression à la fois défaite, outrée, agacée et amusée de sa cadette, ou bien le poulpe qui avait lentement glissé de sa joue pour s'écraser sur le sol dans un bruit humide et peu appétant. Plus les secondes passaient, plus Tom se courbait en avant, si bien qu'il finit à moitié avachi sur la table, des larmes dans les yeux. « T'es un gamin, je vais te le faire bouffer par les tentacules ton putain de poulpe ! » s'écria-t-elle avant de ramasser le céphalopode et de se ruer sur lui. Il n'eut pas le temps d'esquiver ; elle avait bondi sur ses épaules et lui plaquait l'animal sur le visage. Il poussa un cri étouffé avant de se pencher pour la faire basculer. Elle percuta les planches en poussant un grognement, tandis que leur butin glissait plus loin dans la pièce. Le jeune homme se redressa, poings sur les hanches, et la toisa d'un œil sévère. « Meg, combien de fois je t'ai dit de pas jouer avec la nourriture ? » Elle jeta une exclamation offusquée, tandis qu'il repartait dans un fou rire incontrôlable, auquel elle se joignit bien rapidement.

L'embrun lui caressait le visage. Allongé sur la proue, il observait le manège volage des mouettes et goélands. Au loin, la silhouette ciselée du continent se dessinait. Ils regagnaient la terre ferme. La piraterie, c'était fini. Pour l'instant. Quelques semaines, quelques mois. Quelques années, peut-être. Peu importait ; terre et mer étaient liées, et eux, enfants de l'océan, ne se sépareraient jamais de leur mère, qui les avait si souvent bercés les soirs d'orage.


MEG O'LETH - Sa sœur. Son ombre, sa lumière. Sa protégée, celle qu'il a vu naître et qu'il ne verra jamais mourir, celle sur qui personne n'a le droit de lever la main, celle qui sourit et illumine la nuit. Meg a été son combat, sa victoire et son salut. Soudés comme les maillons de la chaîne d'une ancre, ils ne s'abandonnent jamais et peuvent toujours compter l'un sur l'autre. Parfois, quelques frictions, quelques accrochages, mais le pardon est aussi grand que l'est leur amour fraternel. Ils se sont battus et ont triomphé ensemble ; ils sont les deux parties d'un tout, pour le meilleur comme pour le pire. Pour toujours et à jamais.  
YOU? - N'ayez pas peur, soyons folles/fous ensemble !  



Né en 1270
1m85 et 83kg
Brun et yeux noirs
Le cercle
Le forban

behind the computer
 
Ben Baaaaaaaaaaarnes Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight? 3809542412 #groupietime Les années passent mais mes goûts ne changent pas tant que ça Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight? 1613299722 C'est donc mon douzième personnage. Je ne suis jamais dans l'excès. Jamais. Je vous laisse avec un petit avant-goût, en espérant que ça vous plaira, même si oui je sais c'est déjà mon troisième personnage qui a un lien avec l'océan, eh ben si ça vous convient pas je vous prout parce que l'océan c'est la vie et je fais ce que je veux Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight? 440936555
le Code du règlement est
Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight? 3414035315

© fiche par hailey j.
Revenir en haut Aller en bas
Linelleray

Expié d'exception
Nombre de messages :
654
Date d'inscription :
15/07/2013

Voir le profil de l'utilisateur Tom O'Leth | Have you ever danced with the devil in the pale moonlight? Empty
Mer 3 Oct - 11:40

Tom-Tom et Nana ❥ Petite introduction, tellement plus intéressante que mon cours d'informatique sur Word !
Je n'en peux plus de toi : (se tape la tête)
Folle a écrit:
Les années passent mais mes goûts ne changent pas tant que ça

Ohhhhhhhhh beeeaaaaaauuuuu ❥
Déesse du texte a écrit:
Sac, ressac. Il arrive que des tempêtes de colère soulèvent les flots ; et les eaux se dressent, s'abattent, arrachent, frappent, tourmentent et engloutissent, sous l'exhortation des nuages noirs qui encombrent leur ciel. Puis, tout se dissipe, tout passe, et le roulis perpétuel des chuchotements marins entonne à nouveau son chant, berceuse tendre ou sensuelle, qui caresse doucement les grains dorés du bout des doigts ou des lèvres.


Linelleray
— « Et de plaisirs noirs et mornes... » —
Revenir en haut Aller en bas
réponse rapide
pour répondre plus vite que son ombre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Gestion des personnages :: L'arrivée-